Déportés de Rhône-Alpes: aux origines du Réseau Memorha

 C’est à la fin de l’année 1994, pour le cinquantième anniversaire de la libération des camps de concentration et d’extermination, que le Conseil régional Rhône-Alpes confie à 9 musées et centres d’histoire et de mémoire le soin de réaliser un outil pédagogique à destination des lycéens – cette collectivité locale étant en charge de la gestion des lycées – qui a pris la forme de 2 vidéocassettes (VHS) de 26 minutes chacune accompagnées d’un livret pédagogique.

La gestion financière de l’opération ayant été confiée à l’association Musée et patrimoine, basée à Grenoble, ce sont 9 musées et centre d’histoire de la Seconde Guerre mondiale dans la région qui vont la piloter, constituant ainsi le premier travail collaboratif entre ces structures :

  • Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère

  • Le Mémorial de la Déportation de Haute-Savoie (Morette)

  • Le Musée Haut-savoyard de la Résistance (Bonneville)

  • Le Musée-mémorial des enfants d’Izieu

  • Le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Nantua

  • Le site national historique du Vercors (Vassieux en Vercors)

  • Le Musée national de l’Armée secrète et de la Résistance d’Estivareilles

  • Le Musée savoisien ; mémorial de la Résistance (Chambéry)

  • Le Musée communal de la Résistance et de la Déportation (Vénissieux)

Les directrices et directeurs de ces institutions se réuniront 7 fois entre février 1995 et mars 1996, à chaque fois dans des lieux différents pour suivre l’avancée du projet ; ce « groupe des 9 » comme il s’est dénommé lui-même, s’est également entouré d’un conseil scientifique pour valider les contenus du film et du livret.

Plusieurs critères d’ordre historique et géographique ont orienté les choix

  • La volonté de représenter l’ensemble des déportés, pour fait d’action de résistance, de rafle ou de persécution antisémite.

  • La volonté d’évoquer des faits ayant eu lieu dans l’ensemble des départements de la région

  • La volonté de laisser la place au témoignage dans le document final qui sera produit.

C’est donc avec ce cahier des charges que je suis missionné pour contacter des témoins sur l’ensemble du territoire régional, arrêtés au cours d’événements significatifs.

Pour la réalisation du film, le groupe lance un appel d’offre auprès de plusieurs sociétés de production, et c’est la société Idée Originale et le réalisateur Denis Cugnod, qui avait déjà travaillé sur la Résistance dans la région (les FTP-MOI) qui est retenu.

Flyer Déportés de Rhône-Alpes-page-001

Flyer Déportés de Rhône-Alpes (1996)

Flyer Déportés de Rhône-Alpes-page-002

Flyer Déportés de Rhône-Alpes (1996)

Le tournage a lieu durant l’été 1995, le réalisateur ayant pu bénéficier de la présence dans la région d’un train à vapeur qui servira de « fil rouge » au documentaire, qui s’articule en deux temps, correspondant aux deux VHS : « Histoire » (les arrestations, la déportation) et « Mémoire » (le retour, l’importance de la transmission). L’accent est mis dans le scenario sur le dialogue entre les jeunes et les témoins.

Une fois le tournage terminé, j’ai participé au montage, tout en réalisant le livret qui devait accompagner le documentaire. La note de méthodologie signée par le « groupe des 9 » qui suit la préface du Président du Conseil régional, rappelle la démarche suivie et précise que toutes les images d’archives présentes dans le documentaire font l’objet d’une identification quant à leur provenance. Des « fiches d’identité » reprennent les récits des différents événements traités en rappelant le témoin référent.

C’est donc un coffret contenant les deux vidéocassettes et le livret qui est présenté le 2 février 1996 au siège du Conseil régional de Charbonnières.

Il a été fabriqué à 1500 exemplaires et diffusé dans les CDI de tous les lycées de la région, ainsi, bien sur que dans les musées membres du « Groupe des 9 ».

Comme l’annonce la plaquette de présentation de Déportés de Rhône-Alpes, « Un mouvement est lancé » : ce groupe s’est laissé la possibilité de poursuivre d’autres projets : « Cette première opération devrait être suivie d’autres collaborations des musées d’histoire et lieux de mémoire de la région qui souhaitent continuer leurs réflexions et leurs travaux. Plusieurs projets déjà se dessinent ; un guide des musées et lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale en Rhône-Alpes, des réflexions collectives sur leurs activités pédagogiques, leurs actions de communication ou leur politique de recherche et d’acquisition, des colloques scientifiques… ».

Autant d’éléments qui montrent une volonté commune de travailler ensemble et qui préfigure la genèse du réseau Mémorha.

Olivier Vallade


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *