Forum « valorisations numériques des patrimoines et des mémoires, en lien avec le tourisme et l’éducation »

Lyon CHRD, 16 janvier 14h-17h30

Mercredi 16 janvier 2019, Réseau Mémorha proposait aux professionnels du tourisme, de l’éducation et du patrimoine de la région un après-midi d’échanges autour de la valorisation numérique des patrimoines et des mémoires en lien avec le tourisme et l’éducation. Basée sur le partage d’expériences, cette rencontre s’est tenue à Lyon, dans l’amphithéâtre du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation, et a rassemblé plus de 80 personnes.

Tourisme de mémoire : des enjeux territoriaux

En France, la fréquentation des lieux de mémoire constitue un enjeu majeur pour les collectivités locales. Un enjeu civique et pédagogique pour la transmission aux jeunes générations d’un patrimoine mémoriel et de valeurs morales, un enjeu culturel et touristique aussi, pour la préservation des traces de l’histoire et le développement des territoires.

Depuis une quinzaine d’années, face à la multiplication des dispositifs mémoriels, le succès de grandes célébrations commémoratives, et suite à la publication en 2012 d’un première étude sur les retombées du tourisme de mémoire en France[1], l’État, via le ministère des Armées (représenté au forum par Laure Bougon, responsable de la section Tourisme de mémoire à la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives) et le ministère de l’Economie et des Finances (Direction générale des entreprises, sous-direction du tourisme), s’est donné pour objectif de structurer et de développer une filière « tourisme de mémoire » en France. En 2017, on estime à 11,9 millions le nombre de visites des lieux de mémoire français dont 6,7 rien que pour ceux dédiés à la Seconde Guerre mondiale.


[1] Atout France, 2012, Le tourisme de mémoire en France, Mesure et analyse du poids et des retombées économiques de la filière, Observation touristique.

Itinérances mémorielles, au cœur de nouvelles pratiques

Depuis quelques années, la notion de lieu de mémoire sort du carcan « matériel » (structures muséales) dans lequel les usages l’avaient enfermé pour renouer avec d’autres significations. Des lieux occultés ou minorés attirent ainsi la curiosité des publics et des prescripteurs, à l’image du corps enseignant qui plébiscite désormais, en complément d’une visite d’exposition, les itinéraires, parcours urbains ou autre « rando-mémoire ».

Secteur de la Borne aux lions, aux confins de l’Ain et du Jura. Crédit Philippe Quaglia. Source httpiciouailleurs.free.frHautJurahautjura.html

A titre d’exemple, ces pratiques s’illustrent en Auvergne-Rhône-Alpes, à travers les « chemins de mémoire » proposés par le comité régional de l’USEP. En partenariat avec les ONACVG et autres organes mémoriels locaux, sont proposés aux écoles du territoire des parcours pédestres en ville ou en campagne. Chaque année, ils remportent un franc succès réunissant plusieurs milliers d’élèves de toute la région.

Chemins de la mémoire 2018 à Saint-Etienne – écoliers ligériens au Parc Joseph Sanguedolce. Crédits : Gabrielle Lambourg / Réseau Mémorha

Grâce aux avancées technologiques, ces itinérances mémorielles, basées sur la complémentarité entre le scientifique et le sensoriel, l’histoire et les mémoires, peuvent aujourd’hui s’enrichir de contenus interactifs (vidéos ou photos) via des applications mobiles. Ces « parcours physiques », spontanés ou dirigés, à l’initiative d’acteurs privés ou publics, associés aux innovations numériques, entrent en résonance avec les nouvelles pratiques touristiques à la fois mobiles et connectées. L’élaboration des contenus de ces outils est par ailleurs l’occasion de se tourner vers les « sociétés savantes » ou passionnés d’histoire disposant d’une fine connaissance de l’histoire locale, parfois bien supérieure à celle du milieu scientifique.

Participer à l’édifice du savoir

Dans un contexte où vont se multipliant les dispositifs interactifs à vocation collaborative, les protagonistes de ce « tourisme 2.0 » doivent composer avec les attentes de visiteurs désireux d’apporter leur pierre à l’édifice du savoir, à travers la transmission d’un récit, d’une anecdote, ou d’un commentaire. Toutefois, dans un contexte socio-politique où certaines théories complotistes (sur fond d’antisémitisme) ou lectures négationnistes de la période de la Seconde Guerre mondiale se diffusent notamment sur les réseaux sociaux, des garde-fous (arbitrage, modération, contrôle de l’information) doivent nécessairement encadrer ces usages participatifs.

Autant de questions fondamentales ancrées dans l’actualité des sociétés européennes, qui ont été abordées lors de ce temps de rencontre privilégié ayant rassemblé plus de 80 personnes d’horizons professionnels et géographiques variés et permis des réflexions croisées entre concepteurs d’outils numériques, associatifs, étudiants, enseignants, professionnels du tourisme, chercheurs, guide-conférenciers, responsables de musées et mémoriaux ou de services d’archives.

Les actions de Réseau Mémorha

Olivier Vallade, historien et représentant légal de Mémorha, introduit la séance en présentant les enjeux de ce réseau qui fédère, en Région Auvergne-Rhône-Alpes, des lieux et territoires en lien avec la Seconde Guerre mondiale ainsi que des chercheurs en sciences sociales. Il rappelle qu’à l’instar de la Normandie ou de la Provence, Auvergne-Rhône-Alpes possède un patrimoine exceptionnel lié à cette période. Dans cette région frontalière avec la Suisse et l’Italie, de nombreux dispositifs mémoriels, ainsi qu’une myriade de lieux discrets, témoignent aussi bien des aspects les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale (collaboration, internement, répression ou persécution, destructions matérielles et massacres des populations civiles) que de ses aspects lumineux, à travers les différentes formes de résistance et de solidarité avec les populations réfugiées ou persécutées par les pouvoirs en place. Depuis sa création en 2011, Mémorha entend se confronter aux défis qui résultent de la disparition des témoins et de la transmission à des générations qui ont un lien ténu avec la période de la Seconde Guerre mondiale.

Plateau des Glières en Haute-Savoie avec le monument national de la Résistance érigé en 1973 . Source : https://www.savoie-mont-blanc.com

 Présentation du portail numérique Mémospace

Mémospace (vision carte) – janvier 2019. Source : https://www.memospace.fr

En 2016, Réseau Mémorha s’est porté candidat à l’appel à projets « Services numériques innovants et tourisme de mémoire en France » lancé par la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (ministère des armées) et la Direction Générale des Entreprises (sous-direction du tourisme/ministère de l’économie et des finances). Lauréate, l’association a également bénéficié du soutien de la Région et de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes pour la réalisation d’un portail numérique. Mémospace, est aujourd’hui le premier outil numérique de ressources et de recensement de lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale à l’échelle d’un territoire régional. Gabrielle Lambourg (Mémorial de la Résistance et de la Déportation de la Loire) évoque les différentes phases du projet et tient à souligner l’aide et le soutien reçus (notamment dans la collecte d’informations) des institutions et associations mémorielles, de la plateforme APIDAE mais aussi de la société Kyxar (Romans-sur-Isère), prestataire technique. Julie Quillon (chargée de mission Mémorha) fait une démonstration du fonctionnement du site à travers ses différentes fonctionnalités, dont une carte interactive recensant plus de 1400 objets[1].


[1] Au 1er janvier 2019. La collecte de données s’effectue sur le mode du prototypage (d’abord un département traité de façon exhaustive, une thématique et un parcours dans un autre).

Memospace. Source : www.memospace.fr/fr/

S’inscrivant dans la veine des nouvelles pratiques touristiques et mémorielles, Mémospace offrira la possibilité aux utilisateurs de consulter et de proposer des parcours de mémoire reliant un musée/mémorial (bleu soutenu sur la carte) à un monument commémoratif, une plaque ou encore un site historique (bleu clair sur la carte). Réseau Mémorha ambitionne également de concevoir une extension mobile qui permettrait aux usagers d’expérimenter leurs créations directement sur le terrain, en plus de participer à la collecte de données.

Mémospace fait converger sur l’ensemble du territoire Auvergne-Rhône-Alpes des enjeux à la fois patrimoniaux, pédagogiques et économiques (320 000 visiteurs en 2017[1]).

Les enseignants sont invités à l’enrichir dans le cadre de restitutions de travaux pédagogiques réalisés en classe ou lors de sorties sur le terrain mais aussi dans le cadre d’une participation à différents concours (Concours National de la Résistance et de la Déportation ou « Bulles de mémoire » coordonné par l’ONACVG). Les historiens locaux peuvent également s’en emparer en consultant et enrichissant la banque de données. Les chercheurs en tourisme et patrimoine sont encouragés à étudier les conditions d’édification, de sauvegarde, de commémoration[2] ou de fréquentation du patrimoine lié à la Seconde guerre mondiale.

Réseau Mémorha sollicite une nouvelle fois les acteurs du patrimoine, du tourisme et de l’éducation pour que Mémospace dispose d’une vraie visibilité, à l’image du site et de l’application « Pass’Région » (pour les 15-25 ans) qui renvoie depuis 2018 au portail à travers le module « Histoire et lieux de mémoire ».


[1] Observatoire économique de la Défense, 2018, La fréquentation touristique liée au tourisme de mémoire : près de 12 millions de visites en 2017, Paris, SGA/DAF/OED.

[2] Réseau Mémorha travaille actuellement sur un projet d’édition Commémoration piloté par Gilles Vergnon et Philippe Hanus.

Enjeux économiques du tourisme de mémoire en Normandie

IIsabelle Lebreton, chargée de mission tourisme de mémoire pour la Région Normandie, présente un panorama des nombreuses initiatives de valorisation touristique des mémoires et patrimoines de la Seconde Guerre mondiale sur les côtes normandes.

Isabelle Lebreton, chargée de mission tourisme de mémoire, Région Normandie. Crédits Gabrielle Lambourg / Réseau Memorha

Elle met en exergue diverses actions autour des grandes commémorations liées au débarquement des forces alliées, pensées désormais comme des attractions touristiques (notamment à destination des publics étrangers anglo-saxons) et plus simplement dans leur fonction de rituel civico-républicain.


Une moto d’époque, ayant participé à la reconstitution du « D. Day ». Crédit Philippe Hanus

Depuis plus de 20 ans, la Normandie s’affirme comme une destination touristique profondément liée au domaine de la mémoire, où se croisent des visiteurs de tous pays et de toutes générations pour découvrir et partager le souvenir de ceux qui ont combattu le nazisme et œuvré pour la paix.

Les plages du Débarquement. Source : https://www.normandie.fr/le-tourisme-de-memoire-en-normandie

Les plages du débarquement en Normandie furent le lieu d’une bataille dont l’ampleur et l’intensité sont exceptionnelles et dont elles gardent les traces qui, soumises aux intempéries, restent néanmoins fragiles.

Avec près de 6 millions de visites, le 70ème anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie a eu des retombées économiques quasi immédiates et a constitué un véritable tournant pour le tourisme de mémoire en Normandie. En 2013, la Région a engagé un vaste plan de « stratégie de destination » basé sur un objectif : faire de la Normandie, LA destination internationale sur la Seconde Guerre mondiale orientée vers des valeurs universelles et la thématique de la « paix » et de la « liberté », en lien avec le Mémorial de Caen et incarnées dans le théâtre des opérations militaires.

Logo des célébrations de juin 2017 en Normandie.

La Région Normandie pilote aussi le contrat de destination « Tourisme de mémoire en Normandie », regroupant 22 partenaires publics et privés, qui a permis d’installer une gouvernance et d’institutionnaliser la filière auparavant très peu développée.

Avec 4,6 millions de visites comptabilisées en 2017[1], la région souhaite aujourd’hui capitaliser sur les grandes commémorations de 2014 et conforter la filière « tourisme de mémoire » en pérennisant le travail collaboratif en lien notamment avec la démarche d’inscription des Plages du Débarquement à l’UNESCO.


[1] Observatoire économique de la Défense, 2018, La fréquentation touristique liée au tourisme de mémoire : près de 12 millions de visites en 2017, Paris, SGA/DAF/OED.

Traverse : rien à déclarer tout à raconter !

Ulrich Fischer, assistant maîtrise d’ouvrage du projet Interreg Traverse, présente les enjeux de l’application mobile permettant la découverte personnalisée et vivante des patrimoines franco-suisses (du monument historique aux patrimoines immatériels), au moyen de « cartes postales », rédigées de manière à la fois érudite et sensible.

Ulrich Fischer présentant l’appli Traverse. Crédit Gabrielle Lambourg/ Réseau Mémorha

Cet outil numérique à vocation collaborative accompagne l’usager dans l’interprétation d’un paysage, la visite d’un monument, la dégustation d’un produit de terroir ou lors d’une rando-mémoire sur la trace des maquisards… par l’intermédiaire d’une collection d’images et de documents auio-visuels majoritairement issus des fonds des partenaires publics du projet, reliés entre eux par des thèmes et des propositions narratives originales (sous forme de playlists). Les contributeurs de Traverse font ainsi la part belle aux évocations sensibles du territoire. Pascale Dubois (responsable éditoriale de Traverse au sein de la fondation Facim) précise l’intérêt qu’il y a de fédérer, au sein de ce type de dispositif, un réseau de contributeurs-usagers mobilisés et co-responsables de l’outil à l’échelle de leur bassin de vie : enseignants, guides, responsables de musée, directeur d’office de tourisme.

« Traverse » : disponible sur IOS et Android
https://www.traverse-patrimoines.com/

Des travaux de lycéens dans un portail numérique ?

Pascal Guyon, professeur d’histoire-géographie au lycée Alain Borne de Montélimar (Drôme), se livre à un petit exercice de « travaux pratiques », en montrant comment un travail empirique réalisé par un groupe d’élèves, sur le terrain puis dans la salle de classe, peut être valorisé sur Mémospace. Au préalable il rappelle les grandes orientations du programme d’enseignement de la Seconde Guerre mondiale dans les collèges et les lycées. Il présente ensuite un travail mené depuis une décennie (et approfondi chaque année) avec ses élèves sur le territoire du Vercors.

Fiche réalisée par Pascal Guyon et ses élèves. Crédit Pascal Guyon

Ayant eu en charge la responsabilité du service pédagogique du Mémorial de la Résistance en Vercors (Drôme), il a notamment réalisé un « rallye-photos » dans les rues de Vassieux. A partir de l’analyse d’un plan détaillé du village, chaque groupe d’élèves part à la découverte d’indices mémoriels plus ou moins visibles dans le périmètre de la commune. Les élèves doivent alors chercher des renseignements sur chacun de ces lieux de mémoire, afin de réaliser une fiche explicative. Ils doivent ensuite interroger, dans la topographie locale, la présence (ou l’absence) de références à la période de la Seconde Guerre mondiale, en mettant par exemple en relation le nom d’une rue avec tel événement ou telle personnalité historiques. En conclusion, Pascal Guyon insiste sur l’intérêt qu’il y aurait à pouvoir valoriser ce type de travaux dans des outils collaboratifs comme Mémospace ou Traverse.

L’application mobile « Vichy 1939-1945 »

Pascal Guyon et Audrey Mallet, Crédits Gabrielle Lambourg / Réseau Mémorha

Audrey Mallet, historienne spécialiste de l’histoire de Vichy, présente les enjeux d’une application mobile issue de sa thèse « Vichy contre Vichy, une capitale sans mémoire »[1] et consacrée à la découverte de la capitale de l’Etat français entre 1939-1945.


[1] Audrey Mallet, janvier 2019, Vichy contre Vichy, une capitale sans mémoire, Belin, collection Contemporaines dirigée par Henri Rousso et Denis Peschanski.

Visuel de l’application « Vichy 1939-1945 ». Crédits Audrey Mallet

Elle rappelle que si l’architecture de Vichy, de style Second empire et Belle époque, semble, à première vue, avoir facilité l’étouffement du souvenir de la Seconde Guerre mondiale, la réalité est, en fait, plus complexe. A Vichy, contrairement à ce que la ville aurait souhaité, l’invisibilité de la guerre n’a pas permis d’enterrer définitivement le souvenir des événements liés à la présence de l’Etat français. C’est même l’inverse qui s’est produit. À l’instar de l’hôtel du Parc, hôtel le plus emblématique de l’avant-guerre et lieu de résidence du Maréchal Pétain entre 1940 et 1944, les lieux les plus célèbres de la ville sont aussi ceux ayant marqué la période de la guerre. Cette superposition des histoires, connue de tous mais non assumée par la ville, attise la curiosité. L’absence de repères visuels à propos des années 1939-1944 contribue à alimenter les spéculations et les fantasmes (parfois morbides) des visiteurs : « Où les Nazis et les miliciens torturaient-ils ? » « Où peut-on voir des traces de balles ? », etc.

Document d’archive mis à disposition du public dans l’appli « Vichy,1940-1945 ». Crédit Audrey Mallet

La mise en place d’un tourisme historique, réfléchi et rigoureux, apparaît aujourd’hui comme une nécessité. Ce type de tourisme permettrait également d’ouvrir la voie à une catharsis collective à Vichy. L’application mobile « Vichy 1939-1945 » permet désormais aux utilisateurs, habitants et visiteurs, d’identifier les lieux clés de l’histoire de la guerre à Vichy et dans les communes voisines. Tous les lieux sont accessibles via une carte (fonctionnant en GPS ou hors ligne) ou une liste. Pour chaque site, l’utilisateur peut lire ou entendre un bref mais précis historique du lieu (Que s’est-il passé ici pendant la guerre ? Pourquoi ? Comment ?) parfois accompagné de plusieurs sources primaires (archives, photos d’époque…).

« Vichy 1939-1945 » : disponible sur IOS et Android.
https://www.facebook.com/applicationVichy19391945/

Pour conclure

En conclusion de ces rencontres, Marina Chauliac, anthropologue et conseillère pour l’ethnologie à la DRAC AURA et Nadine Halitim-Dubois, historienne, rattachée au service de l’Inventaire de la Région AURA, mettent l’accent sur la richesse des expériences partagées. Elles rappellent que les outils numériques ne doivent pas être qu’une énième courroie de transmission de la connaissance historique par en-haut, mais bien des outils susceptibles de favoriser un dialogue entre différentes catégories d’acteurs et usagers du patrimoine ou de la mémoire, en convoquant leurs savoirs empiriques. Elles insistent sur l’intérêt qu’il y a à pouvoir exprimer, à travers les nouvelles formes d’itinérances mémorielles connectées, de nouveaux regards sensibles sur la géographie, l’histoire et les mémoires du territoire… et ce faisant montrent qu’il y a là comme une invitation à un dépassement des routines sensorielles et intellectuelles.

Au cours de ce forum, l’intensité des échanges sur les expériences en Normandie, en Auvergne-Rhône-Alpes, en Franche-Comté ou en Suisse romande (à travers leurs aspects techniques et leur cadre éthique) prouve à quel point les enjeux du travail collaboratif avec nos concitoyens sont d’une actualité brûlante, à l’heure de la remise en question des « savoirs experts ».

Saint Gingolph (sur les rives du Léman) bombardé par les Allemands en 1944 Source : https://www.notrehistoire.ch/medias/21988

L’opération d’incarnation de l’histoire dans les monuments de la nation, mise en place au XIXème siècle, a connu un succès qui l’a portée bien au-delà de ses limites. De nos jours, les critères classiques de la valeur patrimoniale (ancienneté, authenticité ou exceptionnalité) ont tendance à s’effacer au profit de ce que l’on appelle la valeur sociale du patrimoine, qui n’est pas dans l’élément lui-même mais dans les pratiques communautaires dont il est le support.

Gageons que les différentes expériences présentées lors de ce forum permettront de favoriser davantage de « démocratie patrimoniale ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.