Innovation dans les lieux de mémoire

Les 5, 6 et 7 février, Mémorha était invité à participer au séminaire du réseau des Musées et Mémoriaux des Conflits Contemporains (MMCC) intitulé “Innovation numérique dans les lieux de mémoire”. L’occasion pour une délégation du réseau[1] de présenter Mémospace, le travail accompli et les perspectives de développement, mais aussi, et surtout, de bénéficier de retours d’expérience de collègues venus de toute la France.

Arrivée au Mémorial du Débarquement de la libération en Provence – Mont-Faron. Crédits / Gabrielle Lambourg

Le séminaire avait lieu à Toulon et réunissait une cinquantaine de participants, principalement des représentants de structures mémorielles des deux guerres mais également des dirigeants de startups, des universitaires ainsi que des membres de l’Education nationale. Il était organisé par la Direction des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives (ministère des armées) et les équipes du Mont-Faron.

Mémorha propose de partager les temps forts de ces journées…

Une réouverture non sans contraintes…

L’accueil s’est déroulé au Mémorial du Mont-Faron où l’ensemble des participants a vite découvert les particularités du site (près de 600m d’altitude) lors d’une visite d’une quarantaine de minutes. Dans un fort construit au milieu du XIXe siècle, Charles de Gaulle a souhaité la création d’un Mémorial en souvenir du Débarquement du 15 août 1944. Le Mémorial a été inauguré dans sa première version en 1964 (par de Gaulle) et tout récemment, suite à sa réouverture due à un changement complet de scénographie, en avril 2017 par François Hollande.

D’entrée de jeu, la médiatrice nous fait profiter d’une vue à couper le souffle. A 600 mètres d’altitude, vue à 360°, on imagine facilement les possibles en termes de valorisation numérique (réalité augmentée ou… superposée cf SKYBOY).

Sur l’esplanade du Mont-Faron 600m d’altitude. Crédits / Gabrielle Lambourg

En entrant dans le bâtiment, on trouve des salles de petites tailles, les espaces sont très contraints, l’exposition permanente est animée par des vidéos ou effets sonores qui se superposent, parfois jusqu’à rendre difficile la compréhension générale.

L’entrée au Mémorial. Crédits / Gabrielle Lambourg

Nous accompagne dans notre découverte, Jean-Marie Guillon, professeur des universités émérite et président du comité scientifique du Mémorial. Il nous explique les difficultés d’arriver à un résultat “scientifiquement viable” dans les temps impartis (6 mois environ – échéance d’avril 2017 imposée par l’Elysée). Le directeur du site, Florimond Calendini, parle de véritable “défi” en évoquant la réouverture du lieu, tant pour ce qui concerne la réalisation des contenus que pour l’aménagement intérieur et extérieur du site.

La visite s’achève avec la projection d’un film appelé “le grand spectacle” et réalisé par Bernard Billois. Fait d’images d’archives, d’effets sonores, de plans et de cartes, il met en scène le débarquement et la libération de la Provence jusqu’à recréer tout un décor (l’écran est positionné sur du sable).

Une visite…à plus de 10 000 km

Journée du 6 février à Toulon – Séminaire MMCC. Crédits / Gabrielle Lambourg

Le lendemain, les retours d’expérience débutent avec Elena Le Gall, directrice du Musée de la Grande Guerre de Meaux. Elle nous explique que le musée ne s’est pas orienté vers le numérique de son propre fait. Au départ, une première initiative lui avait directement été proposée par une startup parisienne. S’en est suivie récemment, une proposition d’Orange : la réalisation d’une webvisite du musée. Après un démarrage difficile (5 visites au tarif de 100 euros), le musée a décidé de rebondir en ciblant les établissements français à l’étranger grâce à un partenariat avec l’agence pour l’enseignement français à l’étranger. Un pari gagnant, Elena Le Gall nous fait part des retours de visiteurs de l’autre bout de la planète, dont un établissement de Singapour : bluffant !

Teaser Webvisite Musée de la Grande Guerre de Meaux

MOOC du Mémorial de Verdun

Source : http://memorial-verdun.fr/espace-pedagogique/le-mooc-du-memorial

Le Mémorial de Verdun était représenté par son service pédagogique constitué de deux professeurs relais : Jérôme Dumont et Nicolas Czubak. Sur l’équivalent d’un temps plein, ils nous expliquent gérer à eux-seuls l’ensemble des visites scolaires du site et bien d’autres choses… Jérôme et Nicolas ne manquent pas d’humour et de ressources. En 2015, ils se lancent dans l’aventure du numérique en prenant en charge la création du premier MOOC du Mémorial. Sur la période 2015-2018, dans le cadre d’un partenariat avec l’Université de Lorraine (notamment son service audiovisuel) et de la mission centenaire, deux autres verront le jour réunissant des universitaires “aguerris”, des étudiants mais aussi quelques jeunes élèves de collège et lycée. N’hésitez plus et inscrivez-vous au dernier MOOC du Mémorial de Verdun !

MOOC’S du Mémorial de Verdun : http://memorial-verdun.fr/espace-pedagogique/le-mooc-du-memorial

Teaser du dernier MOOC

Dans l’intimité de Clemenceau…

Source : Skyboy youtube

Depuis le 1er janvier 2018, une application de réalité superposée (overlapreality) mise au point par la société SKYBOY, permet d’immerger le visiteur dans une narration qui se déroule dans la dernière demeure de Clemenceau, à Saint-Vincent-sur-Jard, dans sa Vendée natale. Le développement de cette application est le fruit d’un partenariat entre SKYBOY et le Centre des Monuments Nationaux. Ce projet a été lauréat de l’appel à projets “Services numériques innovants et tourisme de mémoire en France” (DPMA et DGE), celui-là même dont a bénéficié Mémospace.

François Xavier Goemaere, l’un des fondateurs de la startup, nous explique le choix du recours à la réalité superposée. A la différence de la réalité augmentée (le réel enrichi par le virtuel), qui reste encore selon lui très peu performante dans certains cas, SKYBOY a choisi de développer une technologie basée sur le cinéma et le récit. La réalité superposée consiste en fait à “recréer du réel dans le réel”.

À son arrivée à la maison-musée et une fois l’application téléchargée, le visiteur est littéralement plongé dans l’intimité de Georges Clemenceau, il assiste, à 360°, à des scènes de la vie quotidienne du “Tigre”.
La déambulation dans la maison est rythmée par des images, films, dialogues interprétés par des comédiens professionnels. Le passage d’une séquence à l’autre est effectué automatiquement, au fur et à mesure de la progression du visiteur. Les textes sont tirés, pour l’essentiel, de Au soir de la pensée (1927) et Grandeurs et Misères d’une victoire, publié en 1930 à titre posthume.

Teaser appli Clemenceau

Site SKYBOY (Paris)

Un labo 2.0

C’est une joyeuse découverte que l’équipe de Mémorha a faite le dernier jour du séminaire. Christine et Martine Aubry, toutes deux associées au laboratoire IRHIS de Lille, développent chacune un produit numérique hors norme. On se penche sur l’un d’entre eux piloté par Martine : la base “Monuments aux morts”.

Source : https://monumentsmorts.univ-lille.fr/

Martine nous fait un point sur le background du projet. Il débute (dans sa première version) en 2009 avec pour seules ressources les bonnes volontés. Des relations d’abord un peu “froides” avec les associations de généalogie avant la concrétisation d’un vrai partenariat qui s’est avéré fructueux. Puis vient le centenaire. Le projet est labellisé et obtient un important financement qui permet au site de s’offrir une “cure de jouvence”.

De tous les outils innovants qui nous ont été présentés, le site Monuments aux morts est celui qui se rapproche le plus de Mémospace. Au-delà du recensement des monuments, cette base effectue un travail historique et artistique, en réunissant pour chaque fiche des documents d’archives, des photographies anciennes, des photographies actuelles, des renseignements sur les artistes etc.
À ce jour, la base compte 28 700 monuments dans toute la France, toutes périodes confondues (1870, 1ère et 2nd Guerres mondiales).

Source : https://twitter.com/MonuMorts

Ce qui nous frappe dans le récit de Martine (jeune retraitée dynamique et hyper connectée) c’est toute la communauté qu’elle a réussie à créer autour de son projet (cf discours de SKYBOY). Elle publie régulièrement des postes sur twitter et facebook pour solliciter directement les contributeurs : “Pour ceux qui réclamaient la liste des communes restantes…”. Et ça marche ! La plateforme de dépôt est à la la fois ludique et intuitive, aucune raison de s’y perdre, idem pour le module “modération”. Le projet bénéficie régulièrement du soutien d’archives départementales/municipales, notamment pour ce qui concerne l’iconographie. On apprend ainsi que les archives départementales du Rhône ont largement contribué au recensement des monuments du département.

Sur le même modèle que Mémospace, chaque monument dispose de sa fiche avec des informations parfois très détaillées. On peut connaître en un clic l’historique du monument en question, qui donne parfois lieu à des anecdotes extraordinaires…

Exemple avec ce monument aux morts de Normandie :

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Trévières (Normandie)

“Le monument aux morts de Trévières est un des plus émouvants de Normandie. Sculpté en 1920 par le sculpteur local Edmond de Laheudrie (1861-1946), il fut endommagé au cours de la Seconde Guerre mondiale par un éclat d’obus qui arracha la partie inférieure du visage de la statue. Cette femme, qui à l’origine représentait la victoire, est devenue symbole des gueules cassées de la guerre 14-18.”

Martine lance aussi des “défis” à destination des établissements scolaires, par exemple : photographier les signatures des artistes, une chasse au trésor qui a su trouver son public.

Site Monuments aux morts

Site IRHIS

En bref, un séjour fructueux fait de belles rencontres et d’étonnantes découvertes que @memorha saura entretenir et réinvestir.

[1] Chrystèle Roveda (CPA) Florence Saint-Cyr et Thomas Nicolas (Musée de Nantua), Gabrielle Lambourg, Julie Quillon et Bernard Delpal (Mémospace,
intervenants), Rémi Fourche (Musée du Teil), Stéphanie Boissard (Maison d’Izieu).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.