Loin des fronts ? Commémoration(s) en action


Ouvrage collectif dirigé par Philippe Hanus et Gilles Vergnon pour Mémorha

Cet ouvrage, richement illustré interroge le phénomène commémoratif et les politiques mémorielles (de la guerre franco-prussienne de 1870 à la guerre d’Algérie) en région Auvergne-Rhône-Alpes et dans les territoires riverains. Il est l’aboutissement d’une expérience de terrain partagée par des chercheur.e.s (historien.n.e.s, anthropologues, géographes), des responsables d’institutions muséales, mais aussi des élu.e.s locaux, sur ce qui fait la commémoration, hier et aujourd’hui, mais aussi sur ce qu’elle fait, à travers pratiques, usages et appropriations sociales auxquels elle donne lieu.

Pour découvrir et feuilleter quelques pages du livre, mais aussi pour le commander : https://www.editions-libel.fr/…/wp…/uploads/DP_LDF.pdf

Le 11 novembre 2015 au « tata sénégalais » de Chasselay (Rhône). Crédit Delpal

La 4e de couverture : « Cérémonie du souvenir au monument aux morts, reconstitution historique en costume d’époque ou lecture musicale de poètes de la Résistance… Telles sont quelques-unes des pratiques commémoratives à l’œuvre d’un bout à l’autre de l’Europe en ce début de XXIe siècle. Qu’en est-il à l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en particulier en ce qui concerne les commémorations des grands conflits des XIXe et XXe siècles ? La territorialisation de l’événement, la proximité ou non de son épicentre, sont de puissants facteurs de différenciation entre régions et départements.

Reconstitution de batailles napoléoniennes à Vourey (Isère). Crédit E. Breteau

Est-on si « loin des fronts », dans ce vaste espace étendu du Cantal au Mont-Blanc, des étangs de la Dombes au Tricastin, frontalier avec l’Italie et la Suisse, qui agglomère des territoires aux caractéristiques et aux histoires différentes ?Si le trépied État-collectivités territoriales-associations, demeure le support des politiques et des cérémonies commémoratives, leur rôle et leur poids respectifs ne cessent de varier depuis un siècle. L’État, présenté parfois comme le démiurge d’une histoire « officielle », intervient le plus souvent en bout de ligne dans le choix des dates et des lieux, sous la pression d’associations ou de groupes s’appuyant sur des événements locaux et colorant les cérémonies de leur marque propre, en faisant régulièrement appel à des acteurs culturels. Cet ouvrage, richement illustré, proposé par Mémorha est l’aboutissement d’une expérience de terrain partagée par des chercheurs et des responsables d’institutions muséales sur ce qui fait la commémoration, hier et aujourd’hui, mais aussi sur ce qu’elle fait, à travers pratiques, usages et appropriations sociales auxquels elle donne lieu ».

Avec les contributions de : Robert Belot, Julien Bouchet, Bernard Delpal Philippe Dujardin, Pierre Louis Fillet, Martine Fryszmann, Pascal Guyon, Philippe Hanus, Anne Hertzog, Martine Jullian, Ronan Lagadic, Audrey Mallet , Abderahmen Moumen, Blaise Pichon, Corinne Porte, Jean-Philippe Rey, Florence Saint-Cyr et Gilles Vergnon.

Monument érigé en l’honneur des Bourbaki à Pontarlier (Doubs).
Carte postale éditée vers 1900. Droits réservés

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search